La calculette du tricoteur

convertisseur tricotC’est un outil tout bête, une « e-règlede3 » qui permet en 4 saisies d’obtenir un nombre de mailles et un nombre de rangs pour les dimensions de votre projet, en fonction de votre échantillon.

Je reçois souvent des questions du type « Je voudrais tricoter ce modèle avec la laine X plutôt que la laine Y du modèle, combien de mailles dois-je monter? »

Pour pouvoir répondre à cette question, la seule chose à faire sera de tricoter un échantillon avec votre nouvelle laine, ou à la rigueur (si le point est du jersey et qu’on n’a pas besoin d’une précision au cm près) lire les données d’échantillon de votre pelote. Ensuite, soit vous faites le petit calcul vous-même, soit vous vous servez de la « calculette du tricoteur » que vous aurez à portée de main. Lire la suite

Un VRAI mannequin de vitrine pour porter vos créations!

mannequin de vitrineQue diriez-vous de faire porter vos réalisations, vêtements ou accessoires, par un mannequin?

Que ce soit en cours de tricotage, lors d’essais intermédiaires, ou bien pour mettre en valeur votre oeuvre achevée.

Il n’y a rien de plus rageant que de terminer un tricot et de se rendre compte que le résultat ne correspond pas à vos attentes. Surtout s’il s’agit d’un ouvrage de longue haleine comme un pull ou un gilet. Avec un mannequin et quelques épingles, il est facile de rectifier le tir à temps.

On vous dira que pour faire comme les pros, un mannequin de couture à vos mesures est l’outil idéal. Mais un bon mannequin de couture réglable, un torse en plusieurs morceaux monté sur un support en tubes inesthétiques, est un investissement non négligeable. De plus, lorsqu’on crée ses propres modèles,veiller à ce que le vêtement soit correctement ajusté, ses proportions correctes, qu’il tombe bien… est loin d’être suffisant! Il est indispensable de s’assurer qu’il va mettre en valeur l’humain tout entier qui va se retrouver dedans. Alors même pour créer un gilet sans manches, le voir prendre forme sur une vraie personne, avec des bras, des jambes et une tête, est un avantage inestimable: la garantie que le résultat ne sera pas décevant. Lire la suite

Un animal étrange au crochet, création d’une petite fille de 7 ans…

animaux crochetC’est un scoop: on vient de retrouver le premier amigurumi, l’ancêtre de ces petites bêtes sympathiques au crochet devenues si populaires aujourd’hui.

Je vous présente un animal bizarre, une espèce de miniporc laineux au physique un peu ingrat, retrouvé cet été au fond d’un vieux carton oublié dans un déménagement.

Quel était son nom? Mes souvenirs sont trop lointains pour me le rappeler. Je vais devoir le rebaptiser.

Selon les témoins de l’époque, ce serait une de mes premières oeuvres improvisées.

Je me sens un  peu coupable de l’avoir abandonné, et même complètement oublié. Mère indigne. On n’abandonne pas ses petits, mêmes les moches.

Vite, mon crochet, mes aiguilles! Je dois réparer mes fautes en lui confectionnant une famille!

Des mitaines sans doigts, un modèle joli et vite fait!

mitaines sans doigts

Après m’être initiée à la confection de mitaines en point mousse, avec l’aide de ce tuto très détaillé, je me suis lancée dans une nouvelle entreprise: les mitaines tricotées en rond.

J’ai reproduit le modèle Susie’s Reading Mitts, by Dancing Ewe Yarns, traduit par nini naphtaline. Ce sont des mitaines sans doigts, sauf le pouce.

Il s’agit d’un cylindre de jersey avec à chaque extrémité quelques rangs de points fantaisie à la portée de toute tricoteuse débutante.

Le seul passage un peu délicat est la réalisation du pouce en tricot circulaire.

Une pelote Phildar Partner 3,5 m’a suffit pour le modèle « moyen ».

J’ai utilisé une aiguille circulaire courte n°3 sur un câble de 40 cm. Je sais que beaucoup préfèrent un câble beaucoup plus long, pour un « magic loop » plus souple.

Quelques minutes de couture pour terminer (la jolie bordure nécessite une étape « ourlet »), et me voici avec une nouvelle paire de mitaines!

tricoter des mitaines

Mes premières mitaines!

mitaines point mousseJ’ai toujours les mains gelées. Enfin, presque toujours, dès que la température ambiante tombe en-dessous de 24°C.

Dès l’automne, j’enfile des gants pour sortir. En hiver, je porte des mitaines à l’intérieur, des mitaines moches achetées au supermarché du coin. Honte à moi, qui me dit tricoteuse compulsive.

Eh oui, aussi étonnant que cela paraisse, jamais je ne m’étais essayée à en tricoter, des mitaines.

Aujourd’hui, c’est chose faite.

D’où est donc venu le déclic?

La semaine dernière, j’ai découvert chez Patchcath ce tuto pour tricoter des gants. « Point mousse et aiguilles droites, c’est trop facile », me suis-je dit. « Et les explications sont tellement claires. Cette fois-ci, ma ptite Véro, tu n’as plus d’excuses pour te défiler. » Lire la suite