Apprendre à tricoter un pull sur mesure, top-down, sans couture

 

Un pull doit être tricoté pour convenir à la personne précise à qui il est destiné, tout en apportant du plaisir à celle qui tricote.

Les patrons classiques offrent un magnifique choix.

Les parcourir est un délice. On fait un choix, on choisit sa taille grâce à son tour de poitrine, et on se lance. Les plus aventureuses vont décider de changer la longueur, la longueur des manches, les finitions de col et de bordure, plus difficile la profondeur d’encolure. Le souci est que les patrons sont conçus pour des proportions figées. Là aussi, certaines sauront passer d’une taille à une autre pour s’adapter à des hanches un peu plus fortes. Mais ce n’est pas toujours si simple. On peut avoir des épaules larges et peu de poitrine, ou des épaules étroites et un bonnet D, et choisir la même taille L. Le résultat risque d’être décevant pour une, voire les 2. Et les bras? Pour la longueur, il est facile de se débrouiller. Ces dernières années, le tour de mes biceps a pris 2 cm. Mes pulls ajustés me serrent les bras, alors que mon tour de poitrine en a perdu 5. Faut-il que je choisisse une taille de plus?

Le problème est là: les patrons proposent des modèles basés sur des tailles standards.

Pour que le pull que vous allez tricoter vous aille bien, vous devez avoir des proportions idéales: si votre tour de poitrine mesure 102 cm, alors votre tour de hanche est 107 cm, votre tour de bras est 30 cm,…

Chaque créateur de patrons de pulls peut avoir ses propres tableaux de correspondances de mesures en fonction des tailles.

Si votre silhouette entre dans l’un de ces moules, c’est parfait, vous n’avez pas besoin d’aide.

Si vous êtes à l’aise pour modifier les instructions d’un patron et les faire coller à vos mesures, c’est super. C’est ce que j’ai fait pendant très longtemps, mes hanches ayant la mauvaise idée d’être surdimensionnées par rapport à ma poitrine.

Au bout d’un certain nombre de pulls, je faisais les modifications de manière automatique, sans y réfléchir.

Jusqu’au jour où ma belle-mère m’a demandé de lui tricoter un gilet. Pas seulement parce qu’elle avait envie d’un pull tricoté à la main: n’entrant pas du tout dans un tableau de tailles standards, elle avait énormément de mal à trouver dans le commerce de prêt-à-porter un gilet ou un pull qui lui allait bien.

Ça a été le déclic pour moi, il fallait que je bidouille une feuille Excel pour m’aider à concevoir un pull non pas à partir d’un patron, mais seulement à partir d’un échantillon et d’une série de mesures.

Et le plaisir de tricoter?

Dans un pull tricoté de manière classique, on tricote le dos, le devant, la première manche, la seconde manche, l’un après l’autre un peu comme une machine. Impossible de se rendre compte devant ces morceaux de tricot si le résultat va être celui qu’on attend. Il faut garder une sacrée motivation pour continuer à tricoter inlassablement jusqu’à obtenir enfin toutes les pièces. À ce moment vient une étape décisive, que personnellement je n’ai jamais apprécié: l’assemblage des différents morceaux. Tant que je n’ai pas su qu’on pouvait faire autrement, je me suis pliée à cette méthode de tricot à plat. Puis sont arrivées les aiguilles circulaires, une véritable révolution dans la manière d’aborder le tricot. Finie la rigidité et le tricot à plat, vive la souplesse et le tricot en rond et en 3D.

Les aiguilles circulaires ont ouvert la voie à plusieurs méthodes pour tricoter des pulls et gilets. En particulier, en tricotant du haut vers le bas, on voit prendre forme le pull, on peut faire des essais sur soi-même, décider de changer la longueur du corps, des manches, les bordures… Beaucoup de libertés qui rendent le processus de tricot bien plus agréable.

Après avoir expérimenté plusieurs façons de faire, j’ai trouvé ce qui selon moi permet de tricoter un pull capable de mettre en valeur chaque silhouette tout en étant captivant à tricoter.

J’ai associé cette méthode de tricot et la méthode de calcul dont je vous parlais plus haut, pour en faire profiter d’autres tricoteuses (pour l’instant il s’agit de pulls et gilets pour femmes) à travers un cours-atelier-formation en ligne, « JTMP » (« JeTricoteMonPull »), que je propose ici.

Pour qui est cette formation?

Celles qui ont toujours tricoté à plat, et qui veulent être accompagnées pour se lancer dans le tricot top-down sans couture

Celles qui tricotent déjà des raglans top-down, et qui veulent essayer une technique qui donne des épaules plus ajustées

Celles qui ont du mal à adapter les patrons de tricot à leur taille

Celles qui débutent et qui pensent qu’un pull loose et sans forme et plus facile pour commencer, alors qu’elles préfèreraient porter un pull ajusté.

En effet, le premier pull fait souvent peur.  On voit beaucoup de tricoteuses défaire leur premier pull, trop grand, et en grosse laine. Avec JTMP, on ne commence pas avec ce type de pull.

Le premier pull doit être un pull pour prendre confiance, un pull pour soi-même, qu’on va porter avec fierté parce qu’il ira bien. Le secret d’un pull réussi, c’est une laine de qualité ( adaptée à un pull, pas forcément chère), un échantillon, et une prise de mesure. Après, il y a le patron à suivre, ce qui n’est pas toujours évident avec les patrons écrits pour une multitude de tailles standards.

C’est là que je vous prends la main.

Je vous donne le nombre de mailles à monter, je vous montre comment, je vous dis quand et comment faire les augmentations. Des vidéos illustrent toutes les étapes-clés.

À chaque étape j’essaie de vous expliquer pourquoi on fait comme ci ou comme ça. À la fin de chaque étape, vous aurez compris comment la façon de faire vous a conduit au résultat. C’est capital, cette compréhension, qui va se faire toute seule, comme une évidence, va vous permettre de devenir autonome et confiant, et d’enchainer les pulls les uns après les autres, pour vous mais aussi pour vos proches.

Si vous avez déjà tricoté des patrons de designers, vous vous rendrez compte que la grande majorité des sont tous quasiment les mêmes, hormis le point ou certains éléments mineurs de design. Si un patron vous tente, vous saurez y prendre les éléments qui vous intéressent. Vous pourrez aussi vous inspirer de modèles du commerce de prêt-à-porter. Grâce à la feuille de calcul fournie dans la formation, vous pourrez designer un patron en quelques minutes et démarrer très vite.

Mais attention, ça reste un pull. Il faudra un minimum de 15 j, à petites doses régulières, pour arriver au bout. Peut-être 1 mois, ou 6, ou 1 an. Pendant cet intervalle, vous pouvez être tenté par commencer un autre projet, parce que commencer quelque chose de nouveau c’est toujours excitant. Je sais de quoi je parle, j’en ai 4 en cours, mais ça ne me pose pas de problème de les laisser temporairemnt de côté parce qu’il fait trop chaud, parce qu’on n’a plus d’écharpe à se mettre, parce que les chaussettes c’est plus pratique à tricoter dans le train…

Chaque pull a sa fiche, sa feuille excel qui permet de le reprendre n’importe quand. D’ailleurs ça permet aussi de commencer très vite. Pour chaque pull, on a des étapes qui demandent plus de concentration, d’autres qui permettent de regarder un film en même temps, il est donc logique, une fois qu’on est familiarisé avec la méthode, d’avoir plusieurs projets en cours simultanément mais à des stade différents. Certaines culpabilisent, moi pas du tout.

Il reste deux étapes un peu rébarbatives: la bande de boutonnage si on choisit des côtes perpendiculaires (optionnel), et surtout le col. J’ai essayé de standardiser la manière de relever les mailles, mais c’est une étape qui demande de se poser un peu. Le col permet aussi de stabiliser l’ensemble, c’est la clé de voute. Il est donc à tricoter à la fin.

Voici quelques photos qui vous montrent la progression d’un projet, une fois les calculs faits:

Comment s’inscrire?

J’ai pensé un moment à utiliser cette méthode pour concevoir des patrons de pulls en tailles standards, en mettant tout simplement des mesures standards dans les cases, et proposer ces patrons aux prix habituels. Mais j’ai préféré concevoir un cours plus personnalisé, avec la possibilité de faire un vrai accompagnement.

L’idéal pour accompagner chacune serait un cours « en vrai », une semaine à se réunir en petit groupe quelque part, mais je n’ose pas imaginer les frais occasionnés.

Avec ce cours, vous pouvez m’envoyer vos questions, vos photos, dès que vous avez le moindre problème ou la moindre interrogation, et je fais de mon mieux pour vous répondre au plus vite. Vous comprenez bien qu’il me serait impossible de me rendre disponible pour des centaines de personnes en même temps, ce que je regrette vraiment. J’ai donc fixé à 47 euros le prix de l’inscription pour un accès illimité dans le temps aux ressources qui vous sont proposées dans ce cours.

Si ça vous tente, et si vous voulez en savoir plus, cliquez sur l’image:

 

JTMP intro

 

 

Besoin d’informations supplémentaires avant de vous décider? Je réponds ici à vos questions:

Votre nom *

Votre email *

Votre message