Le talon de chaussette en rangs raccourcis, je vous en ai déjà donné la technique ici. Dans cet article, je vais vous montrer une petite variante pour qu’il puisse convenir à tous les types de pied, même ceux qui ne jurent que par les talons de type « heel flap ». Cette technique convient aux chaussettes tricotées de la pointe vers la jambe, ou « toe-up ».

Le talon en rangs raccourcis ressemble au talon des chaussettes du commerce. Il est très chouette visuellement, mais il a un petit défaut:  il ne tient pas compte suffisamment de l’augmentation du diamètre de certains pieds au niveau du cou-de-pied. Du coup, il a la fâcheuse tendance à glisser vers l’avant pour se retrouver sous la plante du pied.

Solution 1: un gousset, un talon en RR large, une jambe plus grosse que le pied

Dans la recette de la chaussette facile en côtes, je vous explique ma façon de le rendre un peu plus emboitant en ajoutant quelques augmentations sur le pied avant de commencer les rangs raccourcis (pour des chaussettes tricotées en toe-up, c’est-à-dire de la pointe vers la jambe. Avec cette technique, le talon est tricoté sur davantage de mailles , et le nombre de mailles tricotées pour la jambe est supérieur au nombre de mailles tricotées pour le pied. Comme la jambe est tricotée en côtes (= point élastique) sur toute sa circonférence, elle est maintenue aussi bien que le pied tricoté en jersey dessous et côtes dessus.

Ces chaussettes en côtes ont l’avantage de pouvoir être tricotées pour être offertes à des personnes dont on ne connait pas exactement le diamètre du pied.

Solution 2: un gousset, un talon en RR étroit + une réhausse, une jambe et un pied de même circonférence

Mais si vous tricotez des chaussettes pour vous, que vous savez par habitude combien de mailles sont nécessaires, alors vous devez probablement tricoter la plupart de vos chaussettes tout en jersey, un point qui monte très vite mais qui manque d’élasticité et se détend facilement.

Dans ce cas, pour éviter le talon qui glisse vers l’avant sous le pied et en même temps la chaussette en accordéon sur la cheville, on peut augmenter la hauteur du talon sans en augmenter la longueur.

Pour cela, on va:

  1. faire des augmentations avant le talon sur le dessous de la chaussette pour réaliser le gousset,
  2. puis tricoter le talon en rangs raccourcis sur un nombre de mailles égal à la moitié des mailles de la circonférence du pied avant les augmentations,
  3. et enfin tricoter quelques rangs en aller-retour pour rattraper la jambe en réalisant une petite réhausse au-dessus du talon.

Exemple:

Pour une chaussette que l’on va tricoter sur 60 mailles, on va répartir avant le talon 6 augmentations de chaque côté sur le dessous du pied pour réaliser le gousset. On a alors 72 mailles.

Puis on tricote le talon en rangs raccourcis sur 30 mailles, les autres mailles sont laissées en attente.

Enfin on tricote 12 rangs en aller-retour, sur les 30 mailles du talon terminé, en tricotant ensemble à chaque fin de rang la dernière maille et une des mailles laissées en attente. Il reste alors 60 mailles au total, que l’on tricote en rond pour former la jambe.

Le nombre de mailles de départ peut évidemment être adapté selon la largeur du pied, et le nombre d’augmentations également en fonction de l’importance du cou-de-pied.

Pour vous aider à mieux comprendre la technique pas à pas, j’ai tourné une petite vidéo où chaque étape est expliquée en détail:

 

28 réponses
  1. Aubry Odile
    Aubry Odile dit :

    Bonsoir Véronique, Merci beaucoup pour ces explications en vidéo qu’il est plus facile de comprendre et quel travail et patience pour tout préparer. Je conserve tout ce que vous m’envoyez comme cela lorsque je désirerais tricoter des chaussettes, je suivrais vos précieux conseils. Encore 1 grand merci et 1 bon mois de mai un peu plus ensoleillé !

    Répondre
  2. Patni
    Patni dit :

    Bonsoir
    Merci pour les explications et pour la vidéo.Toutes ses informations sont claires merci pour le temps passé et le partage À bientôt

    Répondre
  3. Pycris
    Pycris dit :

    Bonsoir,

    Merci pour ces nouvelles explications, très utiles pour ma prochaine paire à tricoter, j’utiliserai cette méthode car les « talons vagabonds » je connais.
    Merci pour le temps que vous consacrez à ce blog .

    Répondre
  4. Evelyne
    Evelyne dit :

    Excellente, l’idée d’une bonne l’augmentation au coup de pied.Et surtout le croisement des mailles pour éviter ces fameux trous.
    Merci pour tous vos bons trucs, vos bonnes vidéos et votre voix tellement paisible.

    Répondre
  5. Maribresette
    Maribresette dit :

    Bonjour Véronique
    Je suis très assidue à toutes vos vidéostrès bien réalisées.Pourriez vous faire une vidéo pour commencer une chausette par la pointe avec une aiguille circulaire de 23 cm. Je ne sais pas comment répartir les mailles pour avoir le dessus et le dessous. Je suis perdue ayant l’habitude de les faire en magic loop. Je sais que c’est un long travail à faire une vidéo alors je vous remercie de toutes façons.

    Répondre
  6. Marie
    Marie dit :

    J’augmente souvent le nombre de maille de mes talons, les tricotant sur 34 mailles au lieu de 30 pour avoir une réhausse et une diagonale qui tombe pile sur l’angle. Je vais tester cette idée pour comparer l’effet emboitant. Je suis juste génée par le fait que cela ne tombe pas pile pile dans l’angle mais il me semble envisageable de couper la poire en 2 en faisant un gousset et en tricotant mon talon sur 34 mailles. Merci pour ce partage technique, c’est vraiment intéressant.

    Répondre
  7. cardin
    cardin dit :

    Bonsoir Véronique,
    Organises-tu des cours de tricots?
    Mon premier essai de chaussettes est plutôt raté et je viens de recevoir ta newsletter sur les teintures et je m’aperçois que tu habites près de chez moi!!!
    Bonne soirée.
    Isabelle

    Répondre
    • Véro
      Véro dit :

      Malheureusement non, j’aurais beaucoup aimé… mais j’ai du mal à déterminer des moments libres fixes dans la semaine. Heureusement que le tricot s’emporte partout et qu’on peut s’y mettre quelques minutes par ci par là.

      Répondre
  8. messalti
    messalti dit :

    bonjour.
    merci pour vos explications, je suis novice en matière de chaussettes j’en suis a ma 3 eme paires , et pour la première fois je suis satisfaite a 100% de mon talon. oh top .

    Répondre
  9. Anne
    Anne dit :

    Bonjour Véronique,
    Je viens de visionner et de lire ton tutoriel sur le talon en rangs raccourcis avec un gousset fait à partir d’augmentation avant le talon. Est-ce que ce talon est le même principe que le « fish lips kiss Heel  » de Sox Therapist designs.
    J’ai acheté les instructions sur ravelry mais je ne comprends pas trop les explications car c’est en anglais. apres avoir visionner le tien, je crois que je vais essayer. Autre question pour 64 mailles j’augmente de 6 mailles de chaque côté? En te remerciant pour ton excellent travail. Anne

    Répondre
    • Véro
      Véro dit :

      Bonjour Anne,
      Je ne sais pas exactement comment se fait le Fish lips kiss heel, seulement qu’il utilise aussi une technique de rangs raccourcis, avec certainement une petite particularité dans la manière de tourner, mais quoi? Le résultat est une ligne oblique un peu plus en creux par rapport aux autres techniques de rangs raccourcis.
      Je pense que la technique de rangs raccourcis que je tricote pour mes talons est ce qu’on appelle les « german short rows ». Le gousset et la réhausse sont un plus qui permettent au pied de bien se caler au niveau du talon, sans serrer au niveau du cou-de-pied. Gousset et réhausse peuvent se tricoter en association avec n’importe quel type de talon en rangs raccourcis, y compris le fish lips kiss heel.
      Le nombre d’augmentations dépend de l’importance du cou-de-pied. 6 augmentations conviennent en général, mais si la chaussette fait des plis à ce niveau il faut prévoir d’en faire moins la fois suivante et inversement, si elle est trop tendue, c’est qu’on peut en faire 1 ou 2 de plus.
      Amuse-toi-bien à tricoter des chaussettes!

      Répondre
  10. Cath
    Cath dit :

    Bonjour,
    Je suis avec intérêt ces vidéos, je commence à maîtriser la technique des rangs raccourcis, je me chagrine cependant de ne pas comprendre pourquoi il y a toujours un gousset avant le talon lorsqu’on commence une cho7 par la pointe et pas de gousset lorsqu’on commence par la jambe et que l’on travaille le talon en rangs raccourcis.
    Est-ce que j’ai manqué une explication ou est-ce toujours ainsi ?
    Merci d’avance pour la réponse !

    Répondre
    • Véro
      Véro dit :

      Le gousset n’est pas obligatoire, que ce soit lorsqu’on commence par la pointe ou par le haut. Mais il donne davantage de confort et d’aisance, surtout lorsqu’on tricote la chaussette dans un point peu ou pas extensible.
      Lorsque j’ai commencé à tricoter des chaussettes il y a quelques années, je les commençais par le haut et je les tricotais toujours en côtes. Le point était très extensible et ne pas faire de gousset ne me dérangeait pas.
      Ensuite, j’ai essayé de commencer par la pointe et j’ai préféré cette façon de faire, je ne saurais pas dire vraiment pourquoi. Pour avoir un meilleur rendement, je suis passée des côtes (très extensibles) au jersey (beaucoup moins extensible). Les chaussettes se tricotent plus vite en jersey, par contre le cou-de-pied est plus serré, le talon est moins bien calé, la chaussette a plus tendance à glisser. Faire un gousset avant le talon permet d’augmenter le nombre de mailles au niveau du cou-de-pied. En tricotant des mailles ensemble pour former la réhausse on retrouve le nombre de mailles initial, ainsi la tige et le pied ont la même circonférence (mais on peut aussi choisir d’avoir plus de mailles pour l’un ou l’autre).
      Il est tout à fait possible de faire un gousset en commençant par le haut. J’ai essayé une fois, mais je n’ai pas été convaincue par l’aspect esthétique de la partie réhausse, la technique me paraissait moins agréable à réaliser, et d’ailleurs je n’ai pas été au bout de la chaussette. La tige terminée, il faut tricoter une bande de réhausse en aller-retour, ensuite tricoter le talon en rangs raccourcis, et enchainer avec le pied en relevant les mailles de la réhausse. A mon avis, autant tricoter dans ce cas un talon de type « heel flap and gusset » dont on trouve de nombreux tutos en anglais. Mais ce n’est que mon avis.
      Je pense que chacun trouve sa méthode préférée pour les chaussettes en piochant à droite et à gauche les différents éléments.. Personnellement, je tricote maintenant les chaussettes en commençant par la pointe en rangs raccourcis, point jersey (pour aller plus vite et faire moins mal aux mains) avec éventuellement des rayures, talon en rangs raccourcis avec réhausse, bord en côtes 2/2 de 3 cm minimum et rabattage élastique (Jeny’s surprisingly stretchy bind off). La chaussette est techniquement toute simple et quasiment toujours construite de la même façon, mon plaisir est de jouer sur les couleurs.
      À vous maintenant de tester et faire votre choix!

      Répondre
  11. Grandet
    Grandet dit :

    Bonjour, Véronique.

    J’apprécie beaucoup votre travail et le partage. Auriez-vous une méthode (principe) de calcul pour les chaussettes tout genre (fils gros et fin), quand on débute le gousset… le talon (si on tricote à partir de la pointe). Je vous serais très reconnaissante. Je vous remercie d’avance.

    Répondre
  12. Véro
    Véro dit :

    Je n’ai pas vraiment de méthode de calcul. Pour être précis, il faudrait déjà commencer par faire un échantillon en rond avec la laine et les aiguilles choisies, et mesurer les circonférences à intervalles réguliers de la pointe du pied à la cheville en passant par la zone du cou de pied et du talon, et ensuite traduire les cm en nombre de mailles pour chaque circonférences, et en déduire le nombre et la répartitions des augmentations… Un travail très fastidieux pour de « simples » chaussettes!
    Pour que le tricot de chaussettes reste un plaisir, je pense qu’il vaut mieux tricoter une ou deux paires qui serviront de référence et faire des ajustement au cas par cas. Personnellement je sais quelle recette fonctionne pour moi, et si je tricote pour un homme avec un cou de pied plus fort j’ajoute 4 ou 8 mailles au tour de pied, un ou deux cm de longueur au pied et 2 voire 4 mailles de plus au gousset, et inversement pour des pieds plus petits. Et ça fonctionne!
    Pour l’instant je n’ai tricoté que de la laine fine, pour que les chaussettes puissent être portées dans la plupart des chaussures. Mais vous pouvez essayer de tricoter des laines un peu plus épaisses en essayant de garder les mêmes proportions. Le truc important à savoir est qu’il vaut mieux que la chaussette soit un poil trop petite qu’un poil trop grande. Et si malheureusement elle est trop grande, un petit lavage en machine et quelques minutes au sèche-linge peuvent sauver la mise…

    Répondre
  13. Grandet
    Grandet dit :

    Merci beaucoup, Véronique pour votre réponse très sympathique et rassurante. Je vais suivre vos conseils et vos vidéos avec beaucoup de plaisir. Bonne continuation à vous !

    Répondre
  14. Aurélie
    Aurélie dit :

    Bonjour !! Merci pour votre vidéo ! Je tricote les RR comme vous, mais votre gousset m’interesse. Question bête : l’ald se tricote sur la droite ou la gauche du talon ? Aussi, comme ces augmentations se font sur 12 rangs (si 6 al tous les deux rangs), on attend qu’il nous reste combien de cm avant le bout du talon avant d’entamer le gousset ? J’ai peur de faire une chaussette trop petite je tricote avec des 2,5mm. Merci pour votre aide !

    Répondre
  15. Véro
    Véro dit :

    Bonjour Aurélie
    Quand je tricote le pied d’une chaussette (donc dès que je commence le tricot en rond , je conviens toujours que le début du tour se trouve au milieu du dessous du pied. Donc la première augmentation du gousset se fait sur la maille qui précède le marqueur gauche (rouge) et c’est une ALD, puis je tricote le dessus du pied, et je fais une ALG dans la maille qui suit le marqueur droit (bleu) pour être symétrique.
    Le gousset se fait sur 12 rangs et la partie horizontale du talon sur une vingtaine de rangs. Pour savoir quand commencer le gousset, il suffit en théorie d’estimer le nombre de cm que cela représente (en se référant à la partie du pied déjà tricotée), soustraire ce nombre de la longueur totale du pied et en déduire la longueur de chaussette à tricoter avant d’entreprendre les augmentations. En pratique, il vaut mieux tricoter un pied légèrement trop court que légèrement trop long, car la chaussette est à la fois extensible et bien emboîtante grâce à ce type de talon, il y a peu de chance que le talon glisse sous le pied.
    J’espère avoir répondu à vos questions!

    Répondre
  16. Aurelie
    Aurelie dit :

    Merci pour votre retour ! Je comprends mieux ! C’est vrai que je réfléchis différemment étant donné que je travaille avec le magic loop. Il me suffira de faire ces AL sur la même ligne. Je ferai un échantillon pour voir tout ça. Merci encore

    Répondre

Laisser un commentaire

Rejoindre la discussion?
N'hésitez pas à contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.