Teindre de la laine, pour beaucoup, peut sembler une entreprise nébuleuse et compliquée réservée à des professionnels, ou au moins des amateurs avertis, qui disposent d’installations complexes et de matériel difficile à se procurer. Pourtant, très facilement et avec peu de moyens, il est possible de s’aventurer dans l’univers fabuleux de la teinture de la laine tout simplement, dans sa cuisine. C’est très amusant, et surtout ça peut vous sauver un projet tricot.

Le mois dernier, dans l’idée de tricoter un nouveau gilet douillet pour l’hiver, j’ai commandé 8 pelotes de laine Sky de Drops dans le coloris noisette. Mais une fois le colis déballé, j’ai commencé à douter du choix de la couleur, qui me semblait un peu trop… ou peut-être pas assez… Bref, elle ne me semblait plus vraiment convenir ni au teint ni au goût de la personne à laquelle est destiné le gilet. Après avoir tricoté l’échantillon, je me suis rendue compte que vraiment, ça n’allait pas du tout.

Pas de problème! Si la couleur de cette laine est un peu trop orangée et manque un peu de peps à notre goût, on va lui coller quelques nuances et lui donner un peu de profondeur.

J’ai profité de cette mésaventure pour prendre quelques photos et vous expliquer pas à pas comment je procède, si d’aventure vous auriez envisagé de vous livrer à ce petit jeu.

La technique de teinture

Etape 1: Mettre la laine en écheveaux

Cette étape est cruciale, peut-être la plus importante. En effet, rien ne sert de donner une couleur superbe à votre laine si à la fin vous obtenez un paquet de fil trop emmêlé pour être utilisable. Faire correctement les écheveaux (les enrouler et les attacher) permet à la teinture d’atteindre correctement toute la longueur du fil, de faciliter le séchage et enfin de récupérer une laine non emmêlée prête à être remise en pelote, en boule ou en cake, bref une structure « tricotable ».

Personnellement, j’utilise un « niddy noddy« , un outil constitué d’un bâton de bois à chaque extrémité duquel est fixé perpendiculairement un autre bâton plus court, les deux bâtons courts étant disposés avec un angle de 90° entre eux. C’est un outil simple mais ingénieux que j’utilise couramment sur les fils que je file moi-même, car il permet aussi de mesurer la longueur de fil filé (en multipliant par 1,80 m le nombre de tours comptés).

Vous pouvez également vous servir de dossiers de chaise, ou des bras d’une gentille personne qui acceptera de rester rigoureusement immobile avec les bras écartés devant elle le temps d’enrouler la laine et de l’attacher.

En effet, AVANT de retirer l’écheveau que vous venez de réaliser de son support, il faut le fixer en nouant 4 brins de ficelle régulièrement répartis sur la circonférence, chaque brin devant être passés 1 à 2 fois entre les fils parallèles.

Vous pouvez faire autant d’écheveaux de 50g, ou nouer les pelotes 2 par 2 l’une à la suite de l’autre, pour avoir un seul fil continu dans 1 même écheveau, même s’il contient des noeuds. Surtout, ne doublez pas le fil en enroulant 2 pelotes en même temps, ce serait une catastrophe à démonter! Dans ce cas j’ai réalisé 4 écheveaux de 100g chacun. Avant de retirer chaque écheveau du niddy noddy, je l’ai fixé grâce à 4 morceaux de ficelle de 25 cm chacun en faisant 4 ligatures pas trop serrées réparties sur la longueur de l’écheveau.

Etape 2: La teinture proprement dite

Avant toute chose, il vous faudra un masque pour éviter d’inhaler la poudre de teinture, des gants, et des vêtements qui ne craignent pas les tâches. Dans la cuisine, on évitera de laisser trainer de la vaisselle ou pire, des denrées alimentaires le temps de la teinture.

Pour cette étape, il faudra disposer d’une grande marmite qui ne servira qu’à cet usage, de teinture acide et d’acide citrique.

Pour la teinture, j’utilise de la « Jacquard Acid Dye » achetée sur Amazon. Toutes les teintes ne sont pas disponibles en permanence, mais avec le temps j’ai pu me constituer une petite collection. Un flacon de 14g permet de teindre 1 kg de laine minimum, selon l’intensité de la couleur désirée. Pour débuter, vous pouvez essayer les colorants alimentaires, très efficaces aussi en milieu acide, mais je ne sais pas quelle est leur stabilité dans le temps.

Certains utilise du vinaigre blanc à la place de l’acide citrique. On peut en effet faire tremper la laine dans du vinaigre blanc avant de la plonger dans le bain de teinture. Pour ma part j’ajoute de l’acide citrique après que la laine ait bien trempé dans la teinture, pour avoir des teintes plus homogènes. Mais la on rentre plus profond dans le sujet, on touche un peu à la sorcellerie 😉 .

Revenons à notre laine Sky de Drops.

Dans la marmite, on verse un peu d’eau chaude, et on ajoute de la poudre de teinture. Comme ici je souhaite seulement nuancer une laine déjà teinte, je mets beaucoup moins que la quantité préconisée pour le poids, ce sera une petite cuillère à moka environ.

Je fais souvent des mélanges, mais cette fois ce sera uniquement la teinte « fire red« , un rouge magnifique très profond.

Ensuite j’ajoute de l’eau chaude ou tiède (les pigments se diluent mieux à haute température) jusqu’à maximum 10 cm du bord, tout en remuant.

Je plonge la laine dans la marmite. Ou plutôt je la dépose à la surface et je presse doucement car elle a tendance à rester en surface. Certaines laines sont difficile à mouiller, c’est pour cela qu’on les aime d’ailleurs. En plus de tenir chaud, elle nous protègent de l’humidité.

Sur cette photo, on voit bien la couleur d’origine de la laine.

Laisser reposer la laine dans le bain de teinture pour qu’elle s’imprègne bien du liquide, pendant au moins une heure, puis ajouter une cuillère à soupe d’acide citrique et bien remuer, mais très lentement pour ne pas feutrer la laine.

Faire chauffer 1h, 1h30 si on compte la montée en température qui doit se faire tout doucement. Je règle le thermostat sur 6 (réglages de 1 à 9).

Attendre que le bain soit complètement refroidi pour que la laine finisse de bien fixer la couleur pendant la phase de refroidissement.

Sortir les écheveaux, les faire tremper dans de l’eau additionnée de shampoing ou autre solution lavante pour laine (type « SOAK »), rincer et essorer en pressant.

Il ne reste plus qu’à les suspendre en attendant le séchage complet (sur la photo l’écheveau de droite semble plus clair car il est presque sec, la couleur est fidèle à celle réellement obtenue).

D’autres possibilités

La technique de teinture en marmite est utile si on souhaite teindre des quantités importantes (plusieurs écheveaux de 100g) dans une même teinte, pour être à peu près sûr d’obtenir la même chose sur tous les écheveaux destinés à un même projet.

Lorsque je ne teins qu’une ou 2 pelotes dans une même couleur, j’utilise plutôt ma technique toute personnelle du bocal au bain-marie (voir la première photo de l’article). J’avais déjà montré cette façon de faire avec la teinture de fibre à la carotte violette. D’ailleurs, je ne teins les fibres qu’en bocal.

Il m’arrive de laisser l’écheveau dans le bocal de teinture plusieurs jours avant d’ajouter l’acide citrique, de remuer et de faire chauffer (j’attends d’avoir 3 ou 4 bocaux à mettre au bain-marie dans ma grosse marmite), ce qui permet d’obtenir des couleurs assez uniformes. Si je souhaite une couleur plus nuancée, j’ajoute quelques grains de poudre de teinture au bocal en même temps que l’acide citrique.

Maintenant, vous pouvez vous amuser à tester des tas de mélanges et de combinaisons de couleurs, car c’est en expérimentant qu’on parvient à maitriser les couleurs. On peut utiliser de nombreuses fibres, du moment que ce sont des fibres animales avec ou non un peu de nylon (les fibres végétales et les fibres acryliques ne peuvent pas être teintes avec de la teinture acide). La Fabel et la Karisma de Drops, très abordables, se prêtent très bien à la teinture, soit en partant d’une teinte écru ou grise (avec une base grise les couleurs obtenues sont plus profondes), soit pour modifier une teinte existante un peu fade ou trop uniforme.

Voici quelques exemple de couleurs inédites de Fabel (celle qui semble noire est d’un bleu très foncé):

Et cerise sur le gâteau, je trouve les laines teintes maison plus douces et moelleuses que les laines d’origine, donc très agréables à tricoter!

À vous maintenant!

En matière de teinture, il est difficile d’être exhaustif dans un seul petit article comme celui-ci, mais si vous voulez en savoir plus, n’hésitez pas à demander!

Et si vous lisez l’anglais, je vous conseille vivement ces deux ouvrages qui m’ont énormément appris, dont voici les liens Amazon:

 

 

5 réponses
  1. Chocofox
    Chocofox dit :

    Coucou !

    Un article très intéressant et qui donne envie d’essayer dis donc. Un jour, peut-être… Pour le moment je n’ai pas le matériel et plutôt la peur de rater, alors on verra plus tard ! Merci pour le partage en tout cas ^^

    Répondre
    • Véro
      Véro dit :

      Pour un premier essai, il suffit d’une pelote de Fabel, du colorant alimentaire d’une teinte plutôt claire (donc une marmite « alimentaire » fait l’affaire), du vinaigre blanc. Je ne pense pas qu’on puisse rater, mais si c’est le cas, on recommence avec la même pelote et une teinte plus sombre. La laine se porte très bien même après plusieurs teintures successives.
      Une idée intéressante est de ne teindre qu’une demi-pelote à la fois pour se faire des pointes et talons contrastants pour chaussettes.
      Le courage viendra!

      Répondre
  2. Lévêque
    Lévêque dit :

    Bonjour !
    Passionnant ! je vais sûrement essayer,
    cela ressemble à la teinture pour tissus mais
    en plus délicat, j’ai peur de feutrer ma laine … ?

    Répondre
    • Véro
      Véro dit :

      Ça m’est arrivé de faire feutrer la laine parce que j’étais trop pressée de la sortir de l’eau très chaude. Mais après passage dans le shampoing et l’après-shampoing, tout s’est arrangé. Lorsqu’elle prend son temps pour refroidir tranquillement, elle devient encore plus douce qu’elle ne l’était avant teinture. La laine est beaucoup plus résistante qu’on ne l’imagine. Ce qui la fait feutrer, ce sont plus les frottements que l’eau ou la chaleur.

      Répondre
  3. Ada
    Ada dit :

    C’est super… Je n’avais jamais pensé à çà ! Du coup on peut faire des teintes uniques… Autrefois j’ai fait des teintures végétales mais c’est long. Merci pour ce partage !

    Répondre

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.