tricoter un snoodLe cou au chaud en toutes saison, c’est primordial. Ce snood léger est typiquement destiné à être porté en demi-saison, ou même au coeur d’un été pourri comme celui que nous venons de connaître.

Ses dimensions

80 à 100 cm de diamètre pour 20 à 35 cm de hauteur: il est très déformable, son diamètre permet de le porter en double.

Il est possible d’effectuer un blocage, ou non, selon que l’on préfère une finition bien nette ou un machin un peu froissé comme sur la photo de droite.

Le fil

Le fil que j’ai utilisé est un fil très fin 100% soie, un coup de coeur rapporté du salon « L’Aiguille en fête » en février dernier.

Habu silk

De la marque Habu textiles (référence N-85, 2/17 tsumugi), c’est une soie un peu rêche et irrégulière qui ressemble à du coton, avec une petite odeur de graisse qui disparait avec le premier lavage (elle devient également plus douce).

Un seul cône (48g, 402m) a été nécessaire.

Je ne sais pas s’il est possible de s’en procurer facilement en France, en dehors d’évènements comme le salon Aiguille en Fête (j’ai cherché en vain). En attendant le prochain salon, j’ai bien envie de renouveler l’expérience avec la Tana de Madasilk (ici chez Laines et Tricot), mélange de soie et laine mérinos. Toutes vos suggestions seront les bienvenues.

Le matériel

♦ Un crochet n°3,5 ou 4, pour le montage provisoire des mailles un peu particulier que je vous expliquerai plus loin.

♦ Une aiguille circulaire n°3,5 de 60 ou 80 cm, pour avoir des mailles volontairement très lâches.

detail aiguilles

J’ai utilisé des aiguilles interchangeables en bois Knit Pro, dans ce diamètre je n’avais que ça.  

Le fil étant particulièrement « sec », il avait une regrettable tendance à accrocher et à produire des grincements peu agréables en frottant sur les aiguilles. Des aiguilles métalliques auraient certainement été plus appropriées.

Une astuce qui m’a permis d’atténuer cet effet de freinage permanent: comme vous pouvez le voir sur la photo ci-contre, j’ai remplacé l’aiguille tenue par la main gauche par une aiguille plus fine n°3, en laissant l’aiguille n° 3,5 pour la main droite. Ainsi les mailles glissaient un peu mieux sur l’aiguille gauche, alors que le point gardait le même serrage.

Le point

Archi-simple, comme je les aime. Je l’ai repéré en feuilletant « 300 points de tricot », page 17: « lignes obliques ».

Comme dans tous les recueils de points de tricot, celui-ci était expliqué en tricotage à plat, en va et vient. Il ne manquait qu’à l’adapter en tricotage circulaire, ce qui ne présentait aucune difficulté particulière.

Le principe: tricoter en alternance 4 mailles endroit, 4 mailles envers, en décalant d’une maille à chaque rang, pour obtenir des lignes obliques (sans le décalage, on obtiendrait des côtes 4/4).

Réalisation

Montage des mailles

On va faire en sorte d’avoir exactement la même tension sur chaque extrémité du cylidre que constitue le snood. Pour cela, on réalise un montage provisoire sur chainette, en prévoyant à la fin de reprendre les mailles sur l’aiguille en démontant la chainette, pour les rabattre ensuite souplement grâce au fil récupéré.

En pratique, voilà comment procéder pour démarrer:

Au crochet n°3,5 ou 4, montez une chainette de 90 mailles. Pincez le fil qui dépasse de la chainette, ou faites une boucle, pour matérialiser un repère sur le fil.

Défaites la chainette sans perdre le repère.

Déroulez une longueur totale de fil correspondant à 5 fois la longueur du fil ayant servi à faire la chainette et faites une nouvelle boucle à cet endroit. Introduisez le crochet dans cette boucle et montez une chainette de 180 mailles en utilisant le fil déroulé (celui qui se termine en cul-de-sac). Fermez la chainette, il vous reste une bonne longueur de fil libre, c’est voulu, on en aura besoin plus tard.

Revenez à l’autre extrémité de la chainette, là où vous l’avez démarrée. Prenez  votre aiguille circulaire n° 3,5 et avec le fil qui dépasse (qui se prolonge par la pelote tout entière), relevez 175 mailles sur la chainette. Pour pouvoir ensuite défaire facilement la chainette lors des finitions, il est important de piquer l’aiguille dans le brin de derrière: le motif « chainette » doit rester visible.

Il restera donc une petite « queue » de chainette au bout, on s’en occupera à la fin.

      En me relisant je réalise que ce montage, comme sa finalité, peuvent sembler complexes à certains. Je n’ai peut-être pas su être très claire… Par conséquent, d’ici deux à trois semaines je vous montrerai tout ça en vidéo, je vous tiens au courant par la newsletter.

Le point « lignes obliques »

On continue ensuite comme un montage circulaire classique: vous fermez le cercle (sans twister!) et vous tricotez *4 mailles endroit, 4 mailles envers* (*k4, P4*) jusqu’à finir votre pelote ou presque. Gardez suffisamment de fil pour rabattre.

Comme par magie, vous verrez petit à petit se former les lignes obliques. En fait non, ce n’est ni de la magie ni du hasard, juste une logique mathématique: 175 étant un multiple de 8 (le point se fait sur 8 mailles), moins 1, on obtient automatiquement un décalage d’1 maille à chaque tour sans jamais changer de rythme.

Rabattre les mailles

Pour terminer, rabattre souplement comme décrit dans cet article.

On va maintenant revenir de l’autre côté du snood, au niveau du montage, qui manque cruellement d’élasticité dans l’état actuel des choses. De plus on a laissé une petite queue inesthétique.

  1. Repérez l’extrémité de la chainette. Défaites le noeud et commencez à tirer sur le fil.
  2. Récupérez les mailles au fur et à mesure que la chainette se défait.
  3. Quand toutes les mailles sont sur les aiguilles, rabattez souplement comme de l’autre côté.

Rentrez les fils qui dépassent et c’est terminé.

Voici ce que ça donne sans tirer dessus:

snood soie

Personnellement, je préfère le laisser comme cela, sans blocage. J’aime bien ce côté un peu froissé, avec les lignes obliques qui ressortent en relief. Pour le garder ainsi, il faut après chaque lavage (à la main) le laisser sécher à plat sans le tendre.

Le voici en double, sur le cou long et mince de ma copine en plastique:

snood 2 tours

     Et si vous n’êtes pas encore abonné à la newsletter, pensez à laisser votre email là-haut à droite pour être averti de la publication de l’explication en vidéo!

A très bientôt!

11 réponses
  1. Pat57
    Pat57 dit :

    Merci pour ce beau tricot, cela me tente, j’ai un peu compris vos explications de chaînette pour des mailles souples, mais j’attends la vidéo pour que ce soit tout à fait clair. Bonne soirée et à bientôt.
    Pat57

    Répondre
  2. tricolaine laino
    tricolaine laino dit :

    Merci pour toutes vos explications, que j’ai trouvé assez claires.

    Je mets le modèle de côté, avec ceux que je dois réaliser pour cet hiver.

    Bonne journée Tricolaine laino.

    Répondre
  3. Christian
    Christian dit :

    C’est simple pour les points et compliqué pour le montage, j’attends avec impatience la vidéo pour que ce soit clair, et ensuite pour démarrer ce projet.

    Merci beaucoup!

    Répondre
    • Véro
      Véro dit :

      La vidéo traine un peu à arriver, j’en suis vraiment désolée. La Tana de Madasilk est plutôt compliquée à travailler, j’ai l’impression de tricoter du fil à coudre irrégulier. Sinon elle est très belle et très douce.

      Je pense que je ferai le tuto en vidéo du montage et des finitions avec un autre modèle, tricoté avec de la GROSSE laine…

      Répondre

Trackbacks (rétroliens) & Pingbacks

  1. […] y a quelques semaines, je vous ai présenté un snood en soie tricoté en rond en lignes obliques (ou un cowl, comme vous voulez, je n’ai jamais bien […]

  2. […] méthode a déjà été illustrée à travers ce snood léger en soie. Elle permet d’obtenir exactement la même finition sur chacune des deux […]

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.